logo retina

Le RITMOⓇ

Je reçois régulièrement en cabinet des personnes ayant vécu un événement traumatisant. Différentes techniques existent pour soulager, telle que la confrontation de la personne au drame jusqu’à diminution de l’angoisse, la modification de la perception de l’événement.

Depuis la fin des années 90, l’EMDR (Eyes Movement Desensitization and Reprocessing) est une révolution thérapeutique et permet une alternative aux traitements qui existaient jusqu’alors. C’est une technique qui utilise les mouvements bilatéraux des yeux (de droite à gauche et inversement) et permet d’estomper l’émotion reliée aux pensées négatives. On la doit à Francine Shapiro, psychologue américaine, puis en France à David Servan-Schreiber.

logo retina

champs d'application

A l’origine, la technique des mouvements oculaires a été utilisée auprès de victimes d’événements traumatiques (tels que la guerre du Vietnam, des agressions, accidents, que l’on en soit témoin ou victime). Au fur et à mesure, elle s’est ouverte à d’autres champs d’action tels que les dépendances, le deuil, les émotions.

En plus des traumatismes, le RITMOⓇ est efficace sur :

Phobies

Addictions

Anxiété généralisée

Deuil

Manque de confiance en soi

Blocages émotionnels

Somatisations

Maladies chroniques
occasionnant des douleurs reliées aux émotions,

ainsi que l’amélioration de compétences, comme dans le cadre du sport par exemple.

logo retina

Déroulement d'une séance de RITMOⓇ

En séance, vous ne revivez pas l’événement traumatique, car le travail est effectué sur les conséquences au quotidien de cet événement. Comment aujourd’hui, au quotidien, cela a modifié vos émotions, votre rapport aux autres, ce que vous pensez de vous-même.

– Nous allons tout d’abord aborder votre histoire : le comportement qui vous parasite aujourd’hui, ce qui le déclenche, les symptômes.
– Puis, utiliser la technique, codifiée, en plusieurs étapes, qui va alterner des échanges sur vos émotions, vos sensations, et les stimulations bilatérales, jusqu’à une diminution satisfaisante de votre émotion.

La désensibilisation peut donc être effectuée en une seule séance, ou plusieurs, en fonction de votre avancée et de la diminution de l’émotion.

logo retina

Qu'est-ce que le RITMOⓇ ?

Signifiant Retraitement de l’Information Traumatique par les Mouvements Oculaires, d’où son acronyme, le RITMOⓇ est une technique déposée apparentée à l’EMDR et la conjuguant avec l’hypnose. Au fil du temps, elle s’est modifiée et n’est désormais basée plus uniquement sur les mouvements oculaires, mais également sur l’auditif (les sons) et le kinesthésique (le toucher), car c’est la stimulation bilatérale qui est importante.

C’est une technique « dite » de gestion des traumatismes, un peu moins connue que l’EMDR (généralement enseignée en France exclusivement aux médecins, psychiatres et psychologues), cependant elle est tout aussi efficace, et plus douce.

Elle peut également être pratiquée à tout âge, même chez un bébé.

Comment ça marche ?

Le RITMOⓇ est un condensé de plusieurs techniques d’hypnose, auxquelles se rajoute la stimulation bilatérale, qu’elle soit kinesthésique, auditive ou visuelle.

Nous parlerons ici de traumatisme dans le sens d’un

événement soudain, inattendu, auquel je ne suis pas préparé, qui est la plupart du temps violent.

Comme je ne m’y attends pas, je n’y suis donc pas préparé, donc lorsqu’il survient, mon cerveau ne sait pas quoi faire de cela. Cette violence crée un bug dans le cerveau au niveau de l’amygdale. Je peux être en état de sidération, figé, incapable de bouger. Ou à l’inverse, m’enfuir, me cacher. Deux réactions parfaitement normales.

Dans le cerveau, à côté de l’amygdale, se trouve l’hippocampe, en charge des apprentissages et de la mémorisation. Le cerveau peut avoir besoin de quelques jours pour intégrer un événement inattendu. Mais parfois, il fait ce qu’il peut mais ne permet pas une analyse de la situation. Et c’est là que le syndrome de stress post-traumatique va s’installer.

Avec les mouvements alternatifs bilatéraux, on va artificiellement remettre en route le cerveau là où il s’est bloqué au moment de l’événement. Comme la nuit, lorsque l’on dort, en sommeil paradoxal, et que les yeux bougent de droite à gauche très rapidement, et que le cerveau enregistre tous les apprentissages, remet à leur place les émotions.